Tonifier votre épargne

Épargner plus et mieux

Risque de défaut et garantie de rachat

Le risque majeur de l’investissement dans les prêts

De façon assez naturelle, le risque le plus important quand on investit dans un prêt est que l’émetteur rembourse en retard ou pire, ne rembourse pas.

Dans cet article, nous allons tout d’abord examiner la garantie de rachat (en anglais, buyback guarantee), mécanisme mis en place pour sécuriser de tels investissements. Dans un second temps, nous passerons en revue la situation des différentes plateformes proposant des prêts immobiliers et aux entreprises.

La garantie de rachat pour les prêts entre particuliers

Ce mécanisme est assez simple. La présence de cette garantie implique qu’en cas de retard dans les remboursements, la société qui a émis le prêt se substitue à l’emprunteur après un certain délai (un à deux mois en général). Si le capital est systématiquement couvert par la garantie, les intérêts ne le sont pas forcément.

Avec ce mécanisme, même si l’emprunteur fait défaut, l’investisseur ne perd pas d’argent. Cependant, comme on le verra plus loin, le risque de perte existe toujours, même s’il est très diminué.

Voici les délais et l’étendue de la garantie de rachat pour les différentes plateformes de prêts entre particuliers présentées sur Tonifier votre épargne.

Viventor

Chez Viventor, le délai de la garantie de rachat varie suivant l’émetteur du prêt; elle est en général de 60 jours, mais ce délai est de 90 jours pour certains émetteurs. Cette garantie couvre à la fois le capital et les intérêts.

Ekassa

Tout d’abord, il y a le cas particulier de la stratégie Guaranteed, fournissant comme son nom l’indique une performance garantie. Il n’y a donc pas à se soucier des défauts.

Concernant la stratégie Profitable, la garantie de rachat s’active après 60 jours; elle ne concerne que le capital et non les intérêts.

Fast Invest

Cette plateforme de prêts entre particuliers établit un record concernant le délai de la garantie de rachat. En effet, celle-ci se déclenche dès que l’emprunteur a 3 jours de retard dans ses remboursements. Cerise sur le gâteau, à la fois le capital et les intérêts sont couverts.

Robocash

La garantie de rachat de Robocash s’applique après un délai de 30 jours, et couvre capital et intérêts.

Prêts immobiliers et aux entreprises

Ces prêts ne sont pas toujours couverts par une garantie de rachat. En l’absence de cette dernière, il est essentiel d’examiner l’historique des projets passés, et la façon dont ont été gérés les éventuels retards de paiement et défauts.

Grupeer

Cette société a été la première à proposer une garantie de rachat pour des prêts immobiliers ou aux entreprises. Le délai varie suivant l’émetteur; il est en général de 60 jours, mais est réduit à 15 jours pour les prêts émis par Finsputnik Platforma SIA. La garantie couvre à la fois le capital et les intérêts.

A ce jour, il n’y a eu ni défaut ni retard de paiement.

CrowdEstate

Les projets proposés par CrowdEstate ne sont pas couverts pas une garantie de rachat.

Cette plateforme a financé 143 projets pour un montant cumulé de 57 millions d’euros; parmi ces projets, 57 ont intégralement remboursés.

On compte pour l’instant un seul projet en défaut, nommé Kevade 9. Ce défaut a du occasionner de nombreuses frustrations pour les investisseurs, car l’action en justice est extrêmement lente. Si CrowdEstate publie régulièrement des mises à jour sur l’avancée du processus, la société semble pour l’instant dans l’incapacité légale de revendre le collatéral pour rembourser les créanciers.

EstateGuru

EstateGuru ne propose pas de garantie de rachat. Cependant, cette société bénéficie d’un excellent bilan en terme de projets remboursés.

Au total, le montant cumulé des prêts dépasse les cent millions d’euros. Près de 40% des prêts ont été remboursés intégralement et 53% sont à jour dans leurs remboursements. Les prêts en retard constituent 3.8% du total, et les prêts en défaut 3.3%.

Jusqu’à présent, aucun investisseur de EstateGuru n’a perdu de capital. Lors du premier défaut survenu sur la plateforme, celle-ci a organisé la vente du collatéral du prêt. Le capital a ainsi pu être entièrement remboursé aux investisseurs, de même que les intérêts cumulés. Un article en anglais sur la vente du collatéral est disponible sur le blog de EstateGuru.

Autre chiffre à mettre en regard du montant des prêts : la société possède actuellement plus de cent vingt millions d’euros de collatéral, qui sécurise les prêts.

Kuetzal

Certains projets sont couverts par une garantie de rachat qui s’applique après 60 jours maximum. La société ne précise pas si les intérêts sont concernés par la garantie.

Comme c’est une plateforme récente, il n’y a pour l’instant eu aucun projet remboursé intégralement.

Envestio

Initialement, la situation de Envestio en matière de garantie de rachat était un peu confuse, car sa présence dépendait du type de prêt consenti. Depuis, la société a simplifié les choses, et ne propose désormais plus que des prêts sécurisés. Dans ce cadre, le capital des projets est sécurisé à 90%.

Un article en anglais sur la garantie de rachat d’Envestio a été publié par la société.

Concernant les statistiques sur les projets passés d’Envestio, celles-ci sont un peu compliqué à établir. En effet, les prêts sont souvent découpés en plusieurs tranches; un projet peut donc avoir les tranches initiales totalement remboursées, alors que le remboursement des suivantes est encore en cours.

De façon assez grossière, la plateforme a lancé une grosse trentaine de projets. Parmi eux, une dizaine ont été remboursés intégralement (le site en affiche plus, mais il me semble que certains datent d’avant l’ouverture au public de la plateforme). Il n’y a pas eu pour l’instant de retard de paiement.

Flender

Les prêts proposés par Flender ne sont pas couverts par une garantie de rachat. Cependant, les statistiques de la plateforme sont excellentes; sur plus de dix millions d’euros prêtés, le taux de défaut n’est actuellement que de 0,3%, ce qui est extrêmement bas.

Quand la garantie de rachat ne suffit pas

Pour rappel, ce mécanisme garantit que l’émetteur du prêt se substitue à l’emprunteur quand celui-ci est en retard dans ses paiements. Malheureusement, cela ne fait finalement que décaler le problème. En effet, que se passe-t-il si la société qui a émis le prêt se retrouve elle-même en difficulté financière ? C’est malheureusement ce qui est arrivé avec Eurocent, un des émetteurs de la plateforme Mintos.

La situation qui en découle est peu claire, principalement à cause des lenteurs de la justice. En effet, si légalement les emprunteurs sont bien sûr toujours tenus d’effectuer les remboursements, un emprunteur peu scrupuleux ou financièrement en difficulté peut profiter de la situation confuse pour s’affranchir de ses obligations.

La dernière mise à jour concernant Eurocent sur le blog de Mintos date de plusieurs mois; apparemment, d’après des témoignages que j’ai trouvé, certains investisseurs continuent à être remboursés, mais ce n’est probablement pas le cas pour tous.

Depuis cet événement, Mintos a renforcé le contrôle sur les émetteurs présents sur sa plateforme. De plus, un certain nombre de mesures concrètes ont été prise pour que les investisseurs puissent plus facilement évaluer les risques et diversifier leur portefeuille. Ainsi, la fonctionnalité d’investissement automatique propose une option permettant de diversifier automatiquement les investissement parmi les émetteurs. Depuis l’été 2018, la société met aussi à disposition une notation des émetteurs présents sur leur plateforme, permettant aux investisseur d’évaluer les risques. Il est même possible de paramétrer l’investissement automatique pour n’investir que dans les émetteurs les mieux notés !

La diversification : un concept vital

Le cas de Eurocent montre que malheureusement, la garantie de rachat n’est pas une garantie absolue; les investisseurs peuvent quand même subir des pertes. Je ne peux donc que conseiller de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier ! Il est essentiel de diversifier son portefeuille; voyons ensemble les trois niveaux de diversification possible dans le cas d’un investissement dans les prêts.

Répartir son investissement sur autant de prêts que possible

Il vaut mieux investir un faible montant individuel dans un grand nombre de prêts, plutôt que l’inverse ! Le montant minimal investi dans un prêt personnel est en général de dix euros; à moins d’avoir un très gros portefeuille, autant se limiter à cette somme pour chacun d’entre eux !

Diversifier les émetteurs

C’est un point essentiel et souvent sous-évalué. La plupart des plateformes de prêts entre particuliers proposent plusieurs émetteurs; c’est aussi le cas pour Grupeer pour les prêts immobiliers au aux entreprises. Il est vital de ne pas concentrer tous ses prêts sur un seul émetteur sous peine de courir de gros risques, comme on l’a vu pour Eurocent.

Diversifier les plateformes​

Cela permet entre autre d’investir dans des prêts de natures différentes, et indirectement de varier les émetteurs.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.